jeudi 2 août 2018

Conte de Rogalle.



Une fois deux voleurs s’étaient associés. Ils décidèrent un soir d'aller dérober, le premier des noix et le second un mouton. Ils se mirent d’accord pour se partager les larcins, devinez où ? dans le cimetière !

     Le premier revint bientôt avec les noix et pendant qu’il attendait le comparse il se mit a ouvrir des noix sur une tombe. Le Sonneur de cloches Gustou, qui, sur le tard allait sonner l’angelus entendit le bruit que faisait le voleur. Il lui sembla que c'était le bruit d'ossements brisés. Il s'échappa chez le curé et lui dit : « M. le Curé, le diable brise les os des morts. Il faut que vous veniez le faire partir. 

     Le prêtre qui était vieux et boiteux répondit à Gustou: « Tu vas me porter sur les épaules, je vais prendre l’eau bénite et je vais y aller ». Lorsqu’ils furent devant la porte le voleur crut que c'était son complice qui arrivait avec le mouton et cria : « Est-il gras ou maigre »? — «Maigre ou gras ici tu l’as !» répondit Gustou jetant à terre le curé et s'échappant parce qu'il croyait que le diable voulait le manger. 

     Le curé non plus ne fut pas boiteux pour fuir, vous pouvez le croire ! Il mit les jambes à son cou en criant : «Notre Dame du Galop, aidez-moi».         

     Je crois qu'il court encore.

Recueilli à Rogalle chez Madeleine Pujol en 1947.



1 commentaire:

  1. Un conte pas très moral mais très visuel. On imagine bien les différents comparses. Ah !

    RépondreSupprimer