jeudi 26 avril 2018

C'est pas pour autant L'Autan.


Le vent d'Autan, le vent des fous ?

Dans la région ariégeoise, le vent du midi est rare, et le vent du nord peu fréquent. Le vent d'ouest-nord-ouest, ou du golfe de Gascogne, est le vent dominant; il souffle sans interruption pendant de longues séries de jours. Le vent de l'est, ou vent d'autan, est le seul qui de temps à autre lui dispute avec succès l'empire des airs ; l'Autan vient des plaines du Languedoc et des parages méditerranéens (Autan provenant du latin altanus, altanus ventus signifie « vent qui souffle de la mer »); ses périodes, moins fréquentes et moins durables que celles du vent d'ouest, n'atteignent pas toujours et dépassent rarement la durée d'une semaine. Il est plus chaud, plus sec que le vent d'ouest, peut-être aussi un peu malsain ; il énerve certains tempéraments, leur donne des migraines et des agacements, surnommé "le vent des fous ?"  Parfois, il souffle avec bruit, avec violence ; il brûle les végétaux par l'excès d'évaporation qu'il produit, et il n'est pas toujours sans causer quelque avarie aux arbres et aux habitations. On dit de lui:

Le vent d'autan 
Passe en chantant.

Le vent d'ouest au contraire verse la pluie aussitôt que par une saute brusque il succède au vent d'autan, ce qui a fait compléter ainsi le proverbe déjà cité :

Le vent d'autan 
Passe en chantant,
Et il revient en pleurant.

Un effet remarquable de la dominance du vent d'ouest se produit chaque année dans les longues vallées ariégeoises qu’il ouvrent du côté de l'ouest et qui se terminent du côté de l'est par un col élevé, telles que la vallée de Rieuprégon, qui monte de Massat au col de Port, la vallée d'Ascou, qui monte d'Ax au col de Paillères, et plusieurs autres vallées moins importantes pour la circulation. 
Ce vent, poussant de son souffle presque continu tous les flocons libres des neiges de la vallée, finit par les accumuler au sommet du col et jusque sur le versant opposé en telle quantité qu'il n'est pas rare de voir ces passages fermés pendant plusieurs mois de l'hiver et du printemps. L'on doit déblayer presque chaque année par des tranchées dans la neige la route du col de Port ; et, de mémoire d'homme, les ardeurs du soleil d'été n'ont jamais pu fondre entièrement les névés de la partie orientale du col de Paillères, qui persistent invariablement d'un hiver à l'autre.

La transition de l'un des deux vents principaux au vent opposé s'opère de la manière suivante : quand le vent d'ouest est bien établi par ciel beau ou légèrement couvert et par baromètre élevé, le premier signe de changement est donné, après un certain nombre de jours, par une baisse barométrique qui ira en s'accentuant jusqu'à la pluie ; dès ce moment le ciel devient plus serein ; des cirrus élevés marbrent l'azur du ciel ; ils s'étendent; ils sont promenés dans les hautes régions par le vent d'est, pendant que le vent d'ouest règne encore sur le sol ; celui-ci diminue de plus en plus en hauteur, l'Autan s'abaisse toujours; l'on voit parfois les deux vents superposés pousser les nuages dans les deux directions contraires; enfin la saute se produit ; et le vent souffle de l'est au lieu de souffler de l'ouest, avec beau temps et adoucissement de température. Le beau temps et la descente du baromètre persistent pendant le souffle de l'Autan.

Mais le moment critique n'est pas éloigné. Le baromètre approche de l'extrémité inférieure de sa course; le vent d'ouest est apparu de nouveau dans les hauteurs du ciel ; il charrie des nuages ; il s'abaisse à son tour graduellement, et enfin il reprend brusquement possession de la région inférieure jusqu'au ras du sol. A ce moment le baromètre commence à remonter ; le ciel se couvre et la pluie tombe. Le vent d'ouest persiste avec des ondées et éclaircies jusqu'après le relèvement complet du baromètre et le rétablissement du beau temps.

Trutat, Eugène 1894

Autrefois,  sa force était utilisée pour actionner les moulins à vent.

L'Autan dou dissatte ba pas a Brespo le dimeché.
Le vent d'Autan du samedi, ne va pas aux vêpres du dimanche.

L'Autan é la tourrado traucou la courado.
L'Autan et la gelée trouent la poitrine.

« Le vent d'Autan s'en va voir les parents malades, il s'en retourne en gémissant. »


Quand la jupe à Mireille 
Haut se troussa,
Découvrant des merveilles : 
Quel joli vent s'est permis ça ? 
C'est pas le Zéphyr, 
N'aurait pu suffir, 
C'est pas lui non plus, 
L'Aquilon joufflu, 
C'est pas pour autant 
L'Autan........



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire