mercredi 23 novembre 2016

Le procès de Pampi.


Tout en dégustant un Saint-Raphaël à l’ombre des platanes, sur la place centrale du village des Cabannes, M. Purgote, l’estimé médecin de Verdoulet, conta à son ami Bardène, la désagréable aventure qui venait de lui arriver devant le juge de paix de Labarre.

Comme pour le « Sanctus » la sonnerie du tourne-broche de l’auberge entrecoupait parfois son récit.

Place centrale des Cabannes.

Lorsque je te dis que nous sommes mal administrés dit M. Purgote. je pense à ce nigaud de juge de paix de Labarre, un ancien marchand d’escargots de Provence que la politique… « Sans même m’écouter, il donna raison à Pampi Pampi ! pour lequel tout l’hiver dernier je me suis dévoué, pour lequel mille fois j'ai risqué le mortel rhumatisme en allant soigner sa pauvre femme, la-haut, près de la cime du Saint-Sauveur, à sa métairie, perdue à plus d’une demi-heure de chemin. Ah ! que le feu du ciel lui clouât les yeux à la plante des pieds et le fit marcher sur le poivre ! »

  • Displicuit nasus tuus... parbleu ; mais je ne me souviens pas que tu m’aies raconté ce coup-la, dit le vicaire en ôtant le verre de ses lèvres, voyons ? »

« L’hiver dernier, après une lessive au ruisseau de Ste Hélène, la femme de Pampi prit un bon rhume. Ce rhume, hélas ! devint mauvais et la pauvre malheureuse s’alita bien atteinte, bien malade. Son mari vint me trouver: « M. Purgote, dit-il ; il vous faut venir, vous seul pouvez me la sauver car je n’ai pas confiance en tous ces petits docteurs de Foix. »

Mon ami, à Foix comme partout ailleurs, vous avez des médecins savants et sûrement vous feriez mieux, de voir l'un d’entre eux... et puis, voulez-vous que je vous le dise, j’ai su que vous n’étiez pas trop bon payeur... Pampi, surpris protesta :
« Je ne suis pas bon payeur, disait-il, je ne suis pas bon payeur ! mais vous plaisantez, qui a dit cela ? je ne suis pas bon payeur ? Je veux que le bon Dieu m’écrase, tenez si cela est vrai ! Venez soigner ma femme et vous aurez cinq pistoles ; vous entendez, M. Purgote, cinq pistoles ! Que vous la tuiez ou que vous la guérissiez, vous aurez cinq pistoles.
Tuez-la, guérissez-la, mais venez la soigner et vous aurez cinq pistoles ! »
Pitié ! je me suis laissé toucher le coeur et j'y suis allé.
Ita diis placuit, murmura M. Bardène, le nez tourné vers la cuisine d’ou venait une bonne odeur de Mounjetade qui chatouillait agréablement le l’odorat et mouillait les lèvres de salive.
Ah ! je la connais la métairie de Pampi ! ah j’y suis monté souvent de jour et de nuit ! Ah ! pauvre ami, à travers ces sentiers obscurs, parmi les rochers, sous le souffle glacé de la bise qui faisait tourbillonner les flocons de neige et claquer les dents ! Que veux-tu, elle était bien malade la femme : de rhume en fluxion, de fluxion en congestion, malgré un mois de bataille contre la mort… un mois, tu entends, je ne pus la sauver ? La femme de Pampi mourut. Eh bien ! mon ami, elles n’étaient pas volées ces cinq pistoles, je pense. Qu’en dis-tu . ?

Manibus et pedibus descendo in tuam sententiam, fit le vicaire, simplement en remuant la tête de haut en bas.

Les Cabannes vers Ax les Thermes

« Et quand j’ai voulu me faire payer, il y a un mois ah bah ! Peine perdue ! Rien, il n’y eut rien à gratter. J’ai porté mes plaintes devant la justice de notre beau pays de France, le juge de paix de Labarre. Là, plus fort !… j’ai perdu mon procès !

Pampi dit : M. Purgote, quand j’allai vous quérir, il fut convenu que si vous tuiez ma femme ou si vous la guérissiez, vous auriez cinq pistoles. Est-ce vrai, oui ou non ?

« C'est bien vrai, en effet, répondis-je. » Le juge, alors, d’un air modeste, le gueux, en promenant la main sur sa barbe me demanda : « Alors, M. Purgote, vous reconnaissez avoir tué la femme de Pampi ? »
- Tonnerre ! non, criai-je, je ne l’ai pas tuée !
- Et alors, l’avez-vous guérie ?
- Pauvre homme, non, malheureusement !
Alors, prononça le juge, si vous ne l’avez pas tuée et si vous ne l’avez pas guérie, Pampi ne vous doit rien ! Et Pampi, ce malotru me criait en français avec son air moqueur:

« ...Que réclamez-vous a présent ?
Si vous ne l’avez ni guérie
Ni tuée, et, j’en suis certain,
Je ne vous dois pas un rotin. »



Voyons, toi, que penses-tu des balances de notre justice ? termina M. Purgote en se hâtant de vider son verre de Saint-Raphaël. Et comme la sonnerie du tourne-broche les invitait à aller allonger les jambes sous la table, M. le vicaire eut un geste comme s’il voulait chasser les mouches de sa tête et il dit :
- L’homme vois-tu est fait pour se tromper puisque… Errare humanum est... aussi je te conseillerai d'oublier au plus tôt ces misères. A présent, mon estomac réclame, si nous allions dîner, veux-tu mon vieil ami ?




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire