vendredi 2 septembre 2016

Augustine, la petite fée de Goulier. (*)


A l’école élémentaire de Goulier, en haut du village la classe est presque terminée, Paul commence à s'impatienter. Il mordille son porte-plume il attend que sonne la cloche dans la cour de récréation. Il n’y a pas que Paul qui guette le son de cette cloche, l’église de Goulier n’a pas d’horloge à son sommet et les habitants se fient à la précision de la montre de M. Mir, le mari de l’institutrice de Paul. 
Mon Dieu ! comme le temps va lentement pense Paul !
Diling ! Diling ! Diling ! dit enfin la cloche de l’école. Quatre heures ! Les pieds s'agitent sous les tables ; on ferme à grand bruit les cahiers ; et Paul se précipite vers la sortie, au milieu de ses camarades qui rient, qui crient et se bousculent.




Une fois dehors - la liberté ! - Paul prend ses jambes à son cou. Son grand ami, son inséparable, Jacques, essaie de l'arrêter :
Où vas-tu ?
« Laisse-moi. J'ai un rendez-vous ! » répondit Paul sans plus de politesse.
Oh ! Oh ! Un rendez-vous ? Voilà qui est sérieux ! A quel rendez-vous peut-il bien courir, ce blondinet de sept ans ? Paul descend en courant la petite rue étroite qui conduit au centre du village, par un passarots il débouche place Berny. Paul ayant distancé tous ses camarades il ralentit le pas. Il prend l'allure tranquille et posée d'un sage petit écolier qui rentre à la maison par le plus court chemin. 

Les rues de Goulier sont étroites comme beaucoup des villages des montagnes de l’Ariège, cela protège des vents froids de l’hiver, il marche dans le caniveau au milieu de la rue Sol de Bièle en direction de l’église Saint Michel et de la place Rando.  Arrivé sur cette place, là, une  vieille femme se tient appuyée dans l'encoignure d'une porte cochère.

Mon Dieu ! qu'il a donc l'air sage, ce petit Paul ! Son papa, Maire de Goulier, qui est un homme très grave, n'arpente pas les rues avec plus de dignité. Qui pourrait se douter, en voyant un enfant si bien élevé, que ce matin, pendant la classe d'écriture, il a versé de la craie dans l'encrier de son voisin et mérité à plusieurs reprises, dans la journée, d'être traité de « salle gamin insupportable » par Madame Mir son institutrice.



A petits pas tranquilles, Paul s'approche de la vieille femme. Celle-ci, à la voir de près, semble très misérable. Elle recouvre ses épaules frileuses d'un châle si usé que la maman de Paul, n'en voudrait pas pour frotter son fourneau. Elle tend aux passants une main ridée et murmure d'une voix chevrotante : « La charité, s'il vous plaît ! » Augustine est la veuve d’un mineur de la mine de Rancier, son époux a péri dans un éboulement, depuis elle est obligée de faire la charité pour survivre.

Paul s'arrête devant elle. Il sort une pièce de dix centimes de sa poche, retire son chapeau, met la pièce dans la main de la pauvresse et dit timidement :
« Bonjour, madame ».
Bonjour, mon petit monsieur. Merci bien ! Cela vous sera rendu un jour. Mettez votre chapeau, s'il vous plaît.

Et la main tremblante caresse furtivement les boucles blondes. Qu'il y a de tendresse reconnaissante dans la voix de la pauvre Augustine ! Il semble qu'elle voudrait passer son bras autour du cou du petit garçon et attirer vers elle ce joli visage rouge de timidité. Mais elle n'ose pas...
Paul lui dit poliment : « Au revoir, Madame. A demain ! » et s’éloigne.

Vraiment, quel bon petit coeur, ce petit Paul ! Et comme il est sage dans la rue ! On pourrait presque dire qu'il exagère : ce n'est pas naturel qu'un enfant soit sage à ce point.
Mais qu'est-ce donc ? Au premier détour, dès que la vieille femme ne peut plus le voir, le voilà qui fait des pirouettes et chante à pleine voix des choses insensées : « Ça me sera rendu ! Ça me sera rendu !  C'est une fée, bien sûr, c'est une fée ! »



Est-ce ainsi que se comporte un enfant bien élevé, et Paul serait-il vraiment « un gamin insupportable ? »
Voici un mois que Paul tous les jours, au sortir de l’école, vient poliment offrir une pièce à la vieille Augustine . Et depuis un mois il vit dans un rêve merveilleux. Il a un secret qu'il n'a confié à personne, pas même à sa maman si douce, si indulgente, pas même à son ami Jacques.
Paul connaît une fée ! Non seulement il la connaît ; mais, pour lui donner une pièce chaque jour, il dilapide ses économies. Cette fée, comme toutes les fées, se montre sous les traits d'une vieille mendiante.
Comment Paul a-t-il reconnu celle-ci sous son déguisement ? Pendant longtemps, il a passé devant elle sans se douter de rien. Il se permettait même d'imiter la voix usée qui murmure : « La charité, s'il vous plaît ! »


Mais à la maison, sa maman est abonnée à une publication : « Lecture en Famille » qui contient des nouvelles et des contes et, depuis, Paul n'a plus d'autre lecture. Il vit dans le monde mirifique où les petits garçons sont protégés par une dame toute puissante, porteuse d'une baguette magique.
Cette baguette ! Quelle invention admirable ! Oh ! la posséder pendant quelques instants ! Paul ne se lasse pas d'imaginer le merveilleux emploi qu'il en ferait. Tout d'abord, il changerait en or le grand tas de sable à l’entrée du village et il deviendrait immensément riche. Le boulanger d’Auzat qui vend aussi des bonbons ne lui refuserait rien. Quant à son institutrice Mme Mir, qui exige qu'on sache les leçons et n'est point avare de devoirs supplémentaires, ah ! celle-là ! Paul la changerait en chèvre, en vieille chèvre à barbiche blanche !... et il rit tout seul en songeant à cette excellente plaisanterie.




C'est l'esprit plein de ces rêves que Paul fit sa grande découverte ; il s'avisa de la parfaite ressemblance de la vieille femme de la Place de La Rendo et de la fée Mélusine , dont il avait le portrait authentique dans son « Lecture en Famille ». Quelle surprise, ce jour-là ! Il resta un long moment devant la mendiante, les yeux écarquillés. Une fée ! Il voyait une fée !
Et dire qu'il lui avait manqué de respect ! Boudiou ! pourvu, qu'elle ai oublié ces deux ou trois circonstances !
Il était urgent d'entrer en relation avec elle.
Et comme les fées aiment les petits garçons charitables, autant qu'elles détestent les égoïstes, Paul, tous les jours depuis un mois, - et chaque fois avec la même émotion - donnait une pièce de dix centimes à Augustine la mendiante. La fée ne saurait tarder longtemps à le récompenser, et il serait le plus riche et le plus puissant petit garçon de la Vallée de Vicdessos...
Ainsi Paul n'avait jamais fait l'aumône à la vieille femme avant de savoir que c'était une fée ?... Voilà qui rend sa charité actuelle beaucoup moins méritoire !
Aujourd'hui Paul est très triste. Voici trois jours qu'il n'a pas revu sa fée. Est-elle partie ? S'est-elle envolée dans un char traîné par des papillons ? Ne la reverra-t-il plus ? Comme il arrive à la maison de ses parents, il trouve sa mère qui l'attend devant la porte.
« Paul, lui dit-elle avant même de l'embrasser, tu connais donc la mendiante de la Place de La Rendo ? »
- Oui, maman, répond Paul en rougissant jusqu'aux yeux.
- Et comment la connais-tu ?
- Je lui donnais une pièce tous les jours à quatre heures.
- D'où te venait cette pièce ?
- C'était une pièce de mes économies.
Il n'y avait aucune sévérité dans les questions de la maman de Paul ; mais sa voix maintenant se fait plus douce. Elle prend l'enfant dans ses bras.





« Alors, mon Paul, tu prélevais dans tes économies pour donner chaque jour une pièce à la vieille mendiante Augustine... Quel bon petit garçon j'ai là ! »
Dans les bras de sa mère, où d'ordinaire il est si bien, Paul se sent mal à l'aise. Mérite-t-il ses éloges ? Sa conscience le gène beaucoup. Pourquoi fronce-t-il les sourcils ? Est-ce pour réfléchir, ou bien va-t-il pleurer ?
« Et sais-tu où elle est, maman ? »
- Elle est chez elle, mon petit. Elle est bien malade. Elle habite dans la maison voisine de Jeanne ta tante , Jeanne qui la connaît, est allée prendre de ses nouvelles.
- Elle est malade ? dit Paul tout songeur.
- Oui, mon chéri. Et elle voudrait te voir. Elle me prie de te permettre de monter chez elle. Veux-tu que nous y allions tous les deux ?
- Oh ! oui, maman. Allons-y tout de suite ! Je veux bien.
« Comment peut-elle être malade, si c'est une fée ? » se demande Paul en reniflant ses larmes, tandis que, cramponné à la main de sa mère, il gravit l'escalier étroit et sombre qui mène chez la vieille dame.
La mère et le petit arrivent à l'étage des mansardes. Les murs sont sales. Il y a beaucoup de portes basses ouvrant sur le palier. Là posé sur une table le panier à minerai de fer et le pic de son époux disparue , Jeanne, qui les a entendu monter, se tient devant une de ces portes et, de son doigt posé sur sa bouche, elle recommande le silence.




« Comment va-t-elle ? » chuchote maman.
- Elle est bien mal, répond Jeanne, très triste. Mr Pujol le médecin est venu ; il a dit qu'elle ne passera pas la nuit. Entre vite, toi, mon Paul. Voilà bien longtemps qu'elle demande après toi.
- Mon Dieu ! Mon Dieu ! Elle va mourir, songe Paul. Ce n'est pas une fée... Elle va mourir. Ce n'est qu'une pauvre femme.
- Et ne pleure pas, surtout, dit Jeanne en l'embrassant. Il ne faut pas qu'elle voie des larmes ; elle comprendrait qu'elle est très malade.
Doucement poussé par Jeanne et faisant un grand effort pour retenir des sanglots qui montent, qui montent et lui gonflent la poitrine, Paul entre dans la chambre.
Oh ! la pauvre, la triste chambre ! si obscure que Paul n'y distingue rien. Il s'avance sur la pointe des pieds tout près du lit. Il se penche. Il voit le visage si maigre, si ridé... Les yeux qui étaient clos s'entr'ouvrent et l'aperçoivent. Une expression de joie et de tendresse embellit la pauvre face dévastée. La vieille femme se soulève un peu, et elle parle d'une voix bien basse et bien tremblante, d'une voix si usée que chaque syllabe semble lui coûter un souffle de vie.
« C'est donc vous, mon joli petit monsieur ! Oh ! je n'aurais pas voulu mourir sans vous avoir revu... Mon cher enfant, mon petit Paul, - vous voyez, on m'a dit votre nom - soyez béni pour avoir mis un peu de tendresse dans le coeur de la pauvre vieille abandonnée... Faites voir vos jolies boucles blondes. »
La main tâtonnante effleure encore une fois les cheveux de Paul qui se mord les lèvres pour ne pas sangloter. Paul, tout droit au pied du lit, ne veut pas pleurer. Et pourtant il se sent malheureux, si malheureux... Dans sa longue vie d'enfant de sept ans, il n'a encore jamais eu tant de peine.
Ses rêves, tous ses rêves sont à bas. L'avoir crue fée, riche, belle... et la voir ainsi ! Mais ce n'est pas seulement cette désillusion qui lui gonfle le coeur. Oh ! non. Cela, ce n'est rien. Ce qui est affreux, c'est d'être si mécontent de soi-même... Et il voudrait s'agenouiller devant la pauvre vieille, et lui demander pardon, bien humblement, de ne l'avoir pas aimée pour elle, d'en avoir aimé une autre en elle, une autre qu'il croyait toute-puissante.




La vieille femme le regarde ; elle le regarde de toutes ses forces, comme si elle voulait, avant de s'en aller, remplir ses yeux de la jolie vision. Et elle dit doucement :


« Dites, mon cher petit enfant, voulez-vous m'embrasser ? »
Paul se penche. Il baise le front ridé et met sa joue à la portée des pauvres lèvres. Mais, cette fois, c'est trop, c'est trop... Les larmes retenues si longtemps s'échappent et, sanglotant, tombé au pied du lit, il balbutie, d'une voix indistincte :
« Pardon ! oh ! pardon ! »
La vieille dame ne l'a pas entendu. Elle ne peut plus rien entendre... Un sourire bienheureux flotte sur son visage rajeuni.
Et Paul, tandis que sa mère l'emporte bien vite hors de la chambre, entend Jeanne murmurer une prière.
Maintenant maman, assise dans son fauteuil, tient son petit sur ses genoux et le câline, non inquiète par ses larmes qui ne veulent pas s'arrêter ; car Paul, la tête cachée sur la poitrine maternelle où ont pleuré déjà et se sont consolés tant de ses chagrins, Paul pleure désespérément. Enfin la voix si douce et si chère le calme un peu.
« Qu'est-ce qu'il y a, mon tout petit ? Qu'est-ce qu'il y a ? »
Alors, s'interrompant souvent pour refouler un sanglot, bien bas, comme on se confesse, Paul dit tout à sa mère. Oh ! il ne sait pas très bien s'exprimer ; son chagrin est si compliqué... Mais maman à l'habitude de le comprendre à demi-mots.
« Je suis un mauvais petit garçon, maman ! Je suis un mauvais petit garçon ! s'écrie-t-il en sanglotant de nouveau. »

« Mais non, » dit Papa qui est entré sans bruit, qui a entendu une partie de l'histoire et deviné le reste, mais non, tu n'es pas un mauvais petit garçon. Sans doute il aurait été plus beau d'être charitable sans arrière-pensée, mais ce n'est pas facile pour un petit homme de sept ans... Et c'est déjà beaucoup de faire le bien sans le vouloir.









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire