mardi 28 juin 2016

- Championnat Cycliste de I’Ariège, 25 juillet 1912.

La semaine dernière s’est déroulé sur les routes de l’Ariége la 22 édition de l’Ariégeoise. Mais le cyclisme a depuis longtemps droit de citer en Ariège…

Championnat Cycliste de l’Ariège, 25 juillet 1912.


ORGANISE PAR LA MAISON PÉRIÈS, DE FOIX.


Sous le patronage du Journal des sports.


On a souvent traité les Ariégeois d’anti-sportifs. Le magnifique succès remporté, le 14 juillet, par la grande course cycliste organisée par le sympathique M. Périès, est venue démentir cette qualification et montrer que le gentil Comté de Foix n’est pas aussi indifférent aux sports qu’on voudrait le faire croire.

Un temps de course idéal était venu au secours des organisateurs. Messire Phébus, ayant entendu les vœux des coureurs, avait daigné diriger son char derrière un épais rideau de nuages, et une bonne averse matinale avait nettoyé la route de sa poussière.

Vingt-trois coureurs étaient engagés; vingt-un seulement prirent le départ. Les plus fines pédales ariégeoises s’étaient sans doute donné rendez-vous pour se disputer le titre de champion : Caccia et Pujol, les grands favoris vers qui volaient tous les pronostics, Rumeau, Sous et bien d’autres.



Une foule immense stationne sur le pont de Foix et sur la route de Mont-gaillard. Les terrasses des cafés sont archi-combles. M.Perles, très affairé, va de groupe en groupe, donnant un conseil à l’un, un encouragement à l’autre, une explication: à un troisième, toujours avec un mot aimable pour chacun. 

Autour de lui, s'agite son «Etat-major», c’est-à-dire quelques amis dévoués qui font oflice de contrôleurs et d’organisateurs;  parmi ces derniers. M.Rollin, inspecteur Société Manufacturière d’armes et cycles de Saint-Etienne dont Périès est représentant à Foix et qui a offert un superbe bronze que tout le monde aura pu voir dans la vitrine de l'épicerie Baby.



Le signal du départ est donné à 1 heure 55 de l’après-midi. Le groupe compact des coureurs s'ébranle doucement d’abord, mais, accélérant bientôt sa vitesse, grimpe à toute allure la côte de Bouychères. Ils sont partis, bonne chance à, tous !...

-0-

A chaque village traversé, un public aussi nombreux qu’enthousiaste, ovationne les coureurs. A Garrabet, Caccia démarre et laisse en arrière le peloton de tête, mais son ardeur est bientôt arrêtée par une crevaison. C’était vraiment la guigne. D’ailleurs il ne fut pas le seul handicapé par la faute des pneumatiques, et nombreux furent les concurrents obligés de changer de boyaux.

-0-

A 3 h. 15, Faragon,  sur bicyclette Rochet, pneus Hutchînson, arrive  premier au contrôle d’Ax. Puis viennent signer successivement : Sous, Laffont, Roques, Clerc, Caccia, Santouil, Soulère, Souques, Delort, Pujol, Narcisse, Rumeau, Morereau, Talieu.



Le contrôle d’Ax, installé au café de la Paix, était tenu par MM. Cartay-rade, Morère et Faurré, photographe à Ax. Les coureurs descendent vivement de machine, signent la feuille de contrôle et repartent sans perdre de temps.

-0-

Pendant qu’une lutte terrible s’engageait sur la route entre les concurrents qui tenaient la tête pour le retour, les approches de la maison Périès, à Foix se garnissaient de monde. Les pronostics et les paris allaient leur train. 
Après une longue attente, la silhouette noire de deux coureurs apparaît au milieu d’un nuage de poussière, au bout de la côte de Bouychères. On reconnaît Roques et Faragou.

Roques est en tête, mais à chaque coup de pédale, on voit son adversaire gagner du terrain ; se sentant dépassé, à 70 mètres environ du contrôle d’arrivée, il veut tenter de se sauver par une manœuvre déloyale, en « plaquant » son adversaire. Mais il manque son coup, perd l’équilibre, et va s’allonger dans le public, tandis que Faragou coupe la ligne d’arrivée à 4 h. 40, aux applaudissements de tous les spectateurs.
Les autres coureurs arrivent ensuite dans l’ordre suivant : Santouil, Laitont, Clerc. Soulère, Rameau, Sous, Pujol, Narcisse, Caccîa, Souques, Delort, Morereau, Talieu.



La Commission d’homologation, réunie le 22 juillet dernier et composée de MM. Araheyre, Morère, Marty, Gadrat, sous la présidence de M. Périès, a examiné avec soin les réclamations portées contre certains coureurs. Aucune de ces dernières n’ayant paru suffisamment fondée, la Commission a homologué purement et simplement le résultat ci-dessus.

La victoire de Faragou est un nouveau triomphe pour les grandes marques cycles Rochet et pneus Hutchison que représente à Foix M. Périès.
En terminant, félicitons M. Périès de l’éclatant succès remporté le 14 juillet par le championnat cycliste de l’Ariège. Remercions-le vivement pour le magnifique spectacle qu’il nous a procuré et de tout cœur disons lui :

A l’année prochaine !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire